Paroisse Notre-Dame-de-l'Annonciation

Liturgie de la Parole vécue sur Zoom

En instituant le dimanche de la Parole de Dieu (3e dimanche du temps ordinaire), le Pape François insiste pour que « Ce jour consacré à la Bible veut être non pas « une seule fois par an », mais un événement pour toute l’année, parce que nous avons un besoin urgent de devenir familiers et intimes de l’Écriture Sainte… »  (Pape François, Aperuit Illis)

La Bible est toujours nouvelle, et sa fonction prophétique ne concerne pas l’avenir, mais le présent de ceux qui s’en nourrissent. Le Pape nous a demandé de ne jamais nous habituer à la Parole de Dieu, mais de nous en nourrir pour découvrir et vivre profondément notre relation avec Dieu et nos frères et sœurs.

C’est ce que nous avons eu le plaisir de vivre chaque semaine : entrer en confiance avec la Parole de Dieu depuis la première rencontre qui a eu lieu le 24 décembre dernier, à la suite de la fermeture des lieux de culte. Cette liturgie de la Parole, vécue par visioconférence via l’application ZOOM, qui inclut chants, partage libre et écoute mutuelle, vous rejoint dans le confort et la sécurité de votre foyer.  Dès lors et à chaque fois, il y a entre les 75 et 150 personnes présentes, dans une atmosphère de fraternité.  

Plusieurs ont osé partager sur ce qui les touches le plus dans certains passages de la Parole et pourquoi.  La méditation de groupe s’opère dès les premiers mots de la première lecture.  Cette liturgie a l’effet mystérieux, il nous semble, d’une communion de cœur et de pensées entre les personnes telle, qu’elle nous permet de mettre la parole directement en relation avec ce que nous vivons tous au quotidien sous différentes formes.  Une multitude de petites clés semblent déferler par des mots, des images, des intentions, permettant un allégement des cœurs et de l’esprit, et la grâce d’une compréhension nouvelle et profonde.   

Voici quelques témoignages :

Ces rencontres sont une occasion de partager ensemble mais aussi de connaître des gens des autres communautés. C’est très enrichissant !  (Jacinthe)

Au début, on était un peu gênés de participer à caméra ouverte mais nous nous sommes très vite sentis à l’aise de faire partie intégrante de cette belle famille Zoom.
Les partages sont toujours tellement inspirants et nous donnent à réfléchir dans les journées qui suivent.  Notre célébrant, Alexis, laisse la place aux gens pour s’exprimer et son commentaire complète toujours très bien ces partages. Merci pour cette belle initiative, voici une belle façon d’adapter la Parole à la réalité de la société d’aujourd’hui!   (Francine)

Je trouve que les célébrations sur Zoom m’ont permis un type de communion vraiment particulier : j’ai apprécié d’entendre ce que la Parole de Dieu faisait surgir chez chaque personne qui s’exprimait, cela trouvait toujours un écho en moi, et ça m’a permis de connaître un peu mieux des gens que je côtoie à l’église, mais avec qui je n’avais jamais vraiment discuté.
Ça m’a offert un sens de la communauté différent de ce qu’on retrouve aux messes en présence: c’est plus intime, plus informel, plus humoristique parfois! J’aime la messe en toute circonstance, mais ça fait du bien de s’ouvrir à de nouveaux chemins de prière et de fraternité!   (Anne-Sophie)


À la demande d’un grand nombre d’entre vous, nous vous proposons de continuer à nous retrouver pour un temps de prière et de partage autour de la Parole de Dieu, comme complément à l’offre des lieux de cultes qui réouvrent. La prochaine rencontre aura lieu mercredi le 16 février à 11h30, toujours par ZOOM, avec ouverture du lien à 11h15.

Bienvenue aux travailleurs et travailleuses.
(pour les détails, voir : paroissendda.org ou saint-ambroise.org ) 

Alexis, Stéphanie, Martine et Michel

 

 

Célébration de la Parole, tous les dimanches 10h (terminée)

Bonjour à toutes et à tous,

Vous êtes invités à une célébration de la Parole,
tous les dimanches 
à 10h, (accueil à partir de 9h30)

L’abbé Alexis L’Heureux présidera ces célébrations. 
Notre cheffe de chœur, Stéphanie Lavoie, 
nous accompagnera tout en musique et en chant.

Cette célébration se fera sur Zoom. Le lien zoom sera ouvert dès 9h30. 
Vous n’aurez qu’à cliquer sur le lien ici bas.
Nous vous invitons à transférer cette invitation a vos proches. Passez la Bonne Nouvelle!

Sujet : Célébration de la Parole – Dimanche.
Heure : 10h00 AM

Participer à la réunion Zoom (cliquez sur le lien)

 

ID de réunion :
Code secret :

Célébration de la Parole les 9 et 16 janvier (terminée)

Bonjour à toutes et à tous,

Vous êtes invités à une célébration de la Parole, les dimanches
9 et 16 janvier 2022
 à 10h00 AM

L’abbé Alexis L’Heureux présidera ces célébrations. 
Notre cheffe de chœur, Stéphanie Lavoie, 
nous accompagnera tout en musique et en chant.

Cette célébration se fera sur Zoom. Le lien zoom sera ouvert dès 9h30. 
Vous n’aurez qu’à cliquer sur le lien ici bas.
Nous vous invitons à transférer cette invitation a vos proches. Passez la Bonne Nouvelle!

Sujet : Célébration de la Parole – Dimanche, 9 et 16 janvier 2022.
Heure : 10h00 AM

 

Célébrons la nouvelle année sur Zoom (terminée)

Vous êtes invités à une célébration de la Parole du Jour de l’An
Samedi 1er janvier 2022 à 10h00 AM

L'abbé Alexis L'Heureux présidera cette célébration. 
Notre cheffe de chœur, Stéphanie Lavoie, nous accompagnera 
avec des chants de circonstance.

Cette célébration se fera sur ZOOM. Le lien ZOOM sera ouvert dès 9h30. 
Vous n'aurez qu'à cliquer sur le lien ici bas.
Nous vous invitons à transférer cette invitation à vos proches. Passez la Bonne Nouvelle !

Sujet : Célébration de la Parole – Jour de l’An
Heure : 1er jan. 2022, 10h00 AM

églises ouvertes le 1er et 2 janvier (projet annulé)

Visite d'église

Le projet d ouverture de nos églises en fin de semaine est ANNULÉ. 

Comme vous le savez, tous nos rassemblements, à l’exception des funérailles, sont suspendus. Mais votre paroisse n’est pas fermée pour autant.

À l’occasion du début de la nouvelle année (1er et 2 janvier de 9h30 à 11h30), certaines de nos église seront ouvertes, soit celles de :
L’Ancienne-Lorette (rue Notre-Dame)
– Saint-Ambroise (rue racine)
– St-Gérard (Val-Bélair)
– St-Émile (boul. Lapierre)

Venez y faire un tour seul ou en famille, pour y recevoir la bénédiction de l’Année nouvelle, faire une visite à la crèche, prendre un temps de prière personnelle, vivre le sacrement du pardon ou profiter de la disponibilité d’un prêtre pour un dialogue pastoral.

Au plaisir de vous y accueillir!

Célébration de Noël sur Zoom

Bonjour à vous,

Vous êtes invités à une célébration de la Parole de Noël, ce vendredi 24 décembre 2021 à 20h30.

L’abbé Alexis L’Heureux présidera cette célébration. Notre cheffe de chœur, Stéphanie Lavoie, nous accompagnera avec des chants de circonstance.

Cette célébration se fera sur ZOOM. Le lien ZOOM sera ouvert dès 20h15 afin de permettre à tous de vous brancher. Vous n’aurez qu’à cliquer sur le lien ici bas.

Nous vous invitons à transférer cette invitation à vos proches. Passez la Bonne Nouvelle !

_____________________________________

Sujet : Célébration de la Parole – Noël
Heure : 24 déc. 2021, 20h15 PM

Participer à la réunion Zoom
https://ulaval.zoom.us/j/66413618002?pwd=b3ZvNlQ0clhXdnhuM0M4dnRrTFZFQT09

ID de réunion : 664 1361 8002
Code secret : 699920

_____________________________________

L’équipe de liturgie de NDDA.

Suspension des célébrations

Célébrer Noël encore autrement cette année!

Nous nous préparions il y a quelques semaines à célébrer une fête de Noël plus ouverte que l’année dernière, quand la crise sanitaire s’est subitement aggravée et que la contagion a pris des proportions inquiétantes. Nous avons alors pris conscience de la rapidité de la propagation d’un virus qui met à mal notre système de santé ainsi que les personnes qui s’y dévouent, tout en mettant en péril tous les rassemblements de personnes. C’est ainsi que nous apprenions, il y a quelques jours, que nous devions limiter la participation à nos célébrations religieuses aux seules personnes dotées d’un passeport vaccinal.

Devant la gravité de la situation, après avoir consulté les responsables de nos communautés chrétiennes et mes principaux collaborateurs et collaboratrices, j’ai pris la difficile décision de suspendre les célébrations collectives dans les lieux de culte catholiques de l’Archidiocèse de Québec à compter du 23 décembre 2021, à minuit, jusqu’au 10 janvier 2022, y compris les célébrations prévues à l’extérieur. Les visites personnelles dans les églises demeureront possibles si les vérifications exigées par la santé publique sont mises en œuvre. Toutes les eucharisties et autres célébrations liturgiques prévues pendant cette période sont donc annulées, à l’exception des funérailles qui pourront être célébrés en respectant les mesures édictées par le Gouvernement du Québec.
En nous abstenant de convoquer des rassemblements risqués, nous choisissons de poser un geste fort de solidarité envers les personnes vulnérables aussi bien qu’à l’égard du personnel de tout le réseau de la santé et de toutes les personnes qui contribuent à combattre la pandémie.

Malgré tous les efforts déjà faits dans nos églises pour limiter la propagation du virus, il devient de plus en plus risqué de tenir des rassemblements sans compromettre la santé de toutes et de tous. Avec la possibilité de nouvelles restrictions imposées par les autorités gouvernementales et à quelques jours de la fête, nous devions prendre une décision sans attendre, compte tenu des préparatifs en cours.
Nous sommes conscients que de nombreuses équipes de bénévoles, au cours des derniers jours, se sont dépassées pour accueillir les assemblées de fidèles en se préparant à appliquer les nouvelles mesures. Leur disponibilité est appréciée et elle sera encore utile puisque la situation risque de se prolonger au-delà du temps des Fêtes.
Les récentes mesures sanitaires annoncées pour les lieux de culte ont fait surgir des tensions et des divisions qui vont à l’encontre de notre mission d’accueillir toute personne avec respect et d’accompagner tous les fidèles dans l’expression de leur foi. Nous ne pouvons renoncer à l’unité et à la paix qui sont les fondements de notre vie communautaire.

Nous souhaitons que les communautés locales et les paroisses en mesure de le faire diffusent des célébrations de Noël (eucharisties, célébrations de la Parole, veillées de prière, méditations) sur les médias sociaux et les chaînes privées de télévision. Aux personnes qui souhaitent fêter chrétiennement la naissance du Prince de la Paix, nous rappelons que plusieurs outils sont proposés pour la célébration en famille à la maison sur la page Web de notre Diocèse : ecdq.org. Plusieurs médias rendent aussi possible l’accès à diverses liturgies de Noël provenant du monde entier.

Nous invitons tous les fidèles à vivre ensemble cette nouvelle épreuve, en étant solidaires de l’ensemble de la société qui combat un mal virulent avec, en première ligne, les travailleuses et travailleurs de la santé. En d’autres temps, lors de l’épidémie de la « grippe espagnole », l’Archevêque de Québec avait dû prendre une décision similaire. Aujourd’hui, soutenons cet effort collectif qui n’a d’autre but que la recherche du bien commun.

Que cette célébration de Noël, encore une fois plus dépouillée, nous unisse davantage à l’Enfant de la crèche, reconnu par les pauvres bergers qui passaient la nuit dans les champs. Qu’Il naisse avant tout dans nos cœurs et qu’Il habite vos demeures.

Gérald C. Cardinal Lacroix
Archevêque de Québec et Primat du Canada
Québec, le 22 décembre 2021

Élections de marguilliers (ères)

AVIS DE CONVOCATION

Assemblée des paroissiennes et des paroissiens de la paroissede Notre-Dame-de-l’Annonciation.

Élection de marguillière et/ou de marguillier.

Mesdames, messieurs,

Conformément à l’article 50 de la Loi sur les fabriques, vous êtes par la présente convoqués à une assemblée des paroissiennes et paroissiens de la Paroisse de Notre-Dame-de-l’Annonciation qui aura lieu :

Dimanche, 19 décembre 2021, immédiatement après la messe de 09h00 à l’église de Sainte-Monique, Les Saules, soit vers 10h00 au 2960, boul.Masson, Québec, G1P 1J6.

Pour procéder à l’élection de 2 (deux) marguilliers sortant de charge le 31 décembre prochain :

M. Pierre Couillard qui termine un premier mandat (rééligible);
M. Jean-Claude Lefebvre qui termine un premier mandat (rééligible);

Peut participer à l’Assemblée des paroissiens 

Homme ou femme qui répondent aux trois conditions suivantes :

1. Être majeur(e) :18 ans
2. De religion catholique romaine (baptisé)
3. Appartenir à la paroisse et qui n’est pas un clerc attaché au service de cette paroisse selon le décret de l’évêque

Toute personne intéressée à titre de marguillière et/ou de marguillier est priée de s’inscrire au presbytère par téléphone 418-871-1441 ou par courriel info@paroissendda.org et se présenter à l’assemblée des paroissiens pour présenter sa candidature.

Micheline Primard

Présidente de l’assemblée de la fabrique de la paroisse de Notre-Dame-de-L’Annonciation

Ordination presbytérale – Pacifique Kamabale

« Voici quelque temps que je suis parti de Québec pour mon stage diaconal ici chez nous à Butembo. C’était une excellente expérience. Je m’en réjouis énormément !
C’est avec joie que j’ai reçu l’appel à l’ordination au presbytérat. L’ordination aura lieu le 17 octobre à l’église paroissiale de la paroisse Cœur Immaculé de Marie où je fais mon stage.
Je me souviens de mon beau parcours à la paroisse Notre Dame de l’Annonciation… et j’en suis reconnaissant. »
Pacifique Kambale.

À l’occasion de son ordination presbytérale, voici un bel article sur le cheminement de notre frère Pacifique Kambale:

Philippe Vaillancourt , journaliste 2020-08-18 19:40 ||

Pacifique est parti dimanche. Aller simple vers la République démocratique du Congo, sa patrie. Québec, Montréal, Istanbul et Nairobi: première étape. De la capitale kényane, il faut ensuite compter 17 heures d’autocar pour se rendre jusqu’à Butembo, sa destination, où il travaillera comme aumônier à l’Université de l’Assomption au Congo. C’est là qu’il entend se préparer à devenir prêtre. Et, dit-il, «à naître toujours plus à sa vocation de frère».

Pacifique Kambale est originaire d’Oïcha, à quelques kilomètres de Béni. Béni et Butembo se situent au Nord-Kivu, une province de l’est de la RDC affligée par des violences et des massacres depuis plusieurs années.

Envoyé à Québec par sa communauté – les assomptionnistes – en 2015 pour y faire des études en théologie, il vient d’être ordonné diacre. Il souhaitait entreprendre des études doctorales aux États-Unis, mais la COVID a brouillé ses plans.

Retour en terre meurtrie

Ce retour au pays prend presque l’allure d’un pèlerinage. Les massacres sont rares à Butembo, mais le danger reste bien présent dans la région.

«Ces dernières années, de nouvelles routes ont été ajoutées entre la frontière et Butembo. Elles aident les gens à se déplacer, mais aussi à esquiver les violences», explique-t-il.

Son propre père a été victime de ces violences.

«Mon père a été porté disparu en 1996, lorsque la rébellion avait commencé, pour chasser l’ancien président. Il était commerçant. Il partait d’Oïcha pour aller acheter du poisson au lac Albert. Ils étaient quatre. Ils ne sont jamais revenus», raconte Pacifique.

Il avait 6 ans. Sa mère était enceinte de sa sœur.

«Ouais…», ajoute-t-il à voix basse.

Ses souvenirs sont ceux d’un enfant: papa était grand, avait la peau plutôt pâle et parlait peu. Il travaillait beaucoup et était souvent à l’extérieur de la maison. Mais lorsqu’il était là, il amenait Pacifique se promener au village. Pour fiston, les petits cadeaux étaient souvent des poissons spéciaux, rapportés pour lui. Des joies simples qui ont pris fin trop tôt.

«Jusqu’à tout récemment, je maintenais qu’il était ‘disparu’», dit-il.

Il y a quelques années, une dame qui a assisté à de telles «disparitions» lui a raconté que lorsque des groupes armés se présentaient, il fallait obéir ou se faire tirer dessus. Les hommes étaient les premières cibles. S’ils étaient dociles, qu’ils ne résistaient pas et qu’ils ne prenaient pas la fuite, ils avaient une chance de s’en tirer.

«J’ai compris qu’il doit être mort», reconnait-il. Sa mère n’a jamais accepté de faire ce deuil. Elle n’a jamais eu d’autre homme dans sa vie. «Elle a tout fait toute seule pour nous.»

C’est dans cette famille blessée, qui trouve encore le moyen d’héberger cousins et amis, qu’il apprend l’importance d’une fraternité englobante.

La fraternité assomptionniste

À l’âge de 15, il découvre l’existence des assomptionnistes. Déjà attiré par la prêtrise, il réalise peu à peu que ce souhait peut se vivre à l’intérieur d’une communauté religieuse.

Il termine ses études en pédagogie et enseigne au primaire de septembre 2007 à juillet 2009. Au terme de cette année scolaire, il entre chez les assomptionnistes à l’âge de 19 ans. Ils sont alors plusieurs jeunes hommes congolais à se préparer ensemble à la vie religieuse.

«Au postulat, j’ai pu expérimenter cette vie fraternelle, dont on m’avait parlé. Nous étions comme des frères, raconte-t-il gaiement. Ça prenait forme cette affaire-là!»

Il découvre parallèlement que cette communauté rayonne bien au-delà de Butembo. «Cette dimension supplémentaire venait confirmer mon désir d’engagement. C’est comme si la communauté était un prolongement de ma famille», observe-t-il.

Ses vœux religieux marquent un moment important dans sa vie. Il lui arrive de se dire qu’il ne fait pas l’expérience d’un appel «pur», mais que cet appel se manifeste à travers sa tentative de chercher des réponses et de cheminer. C’est ainsi que l’appel vocationnel se découvre continuellement.

C’est dans ce contexte qu’on lui propose de venir au Québec. Il redoute l’éloignement et l’obligation de se refaire un réseau d’amis, mais n’y voit aucun empêchement sérieux. Il accepte.

«Vivre dans une communauté internationale ailleurs que dans mon pays, ça faisait partie de la formation à la vie communautaire assomptionniste, dit-il. Le voyage faisait aussi partie de la formation. Apprendre à se repérer dans la ville, dans un autre système de transport, d’autres façons de faire, comme se faire assigner une place au restaurant!»

Il profite de son séjour à Québec pour essayer de sensibiliser la population aux violences qui perdurent au Nord-Kivu.

Son ordination diaconale – qui précède l’ordination presbytérale où il deviendra prêtre – a lieu le 24 juin 2020, deux jours après le déconfinement des églises.

«L’ordination est pour moi à la fois un accomplissement et une inauguration. La notion de la naissance de Jean le Baptiste était l’illustration de ce que j’étais en train de vivre: une naissance comme ministre ordonné, une naissance dans un nouveau monde qui m’a accueilli ici», résume-t-il. «Je naissais aussi à la vocation d’être un frère parmi ses frères et ses sœurs. Un frère appelé à servir les autres.»

Nouvelles responsabilités

Le stage diaconal et le doctorat ne peuvent se faire aux États-Unis pour l’instant. Ce qui explique son retour à Butembo, un terrain familier qu’il s’attend à trouver quelque peu changé.

«Le monde que j’avais laissé n’est plus celui que je vais retrouver», croit-il.

Il y a bien sûr la joie du retour, mais aussi la conscience qu’il a lui-même changé et que son rôle sera fortement axé sur les besoins des étudiants qu’il croisera. Il devra organiser les activités spirituelles, y compris quelques messes, et accompagner spirituellement ceux qui fréquentent l’université.

«On m’a dit que le gros du travail consistera à accompagner des jeunes qui vivent un deuil, ou qui se posent des questions de sens, confie-t-il. J’aurai affaire à des situations où les gens seront le plus souvent des victimes. Les jeunes ont des aspirations, des visions, mais le contexte semble plutôt les mettre par terre.»

Son désir? Que les jeunes puissent se découvrir acteurs du monde de demain, rendus capables, à travers Dieu, de relations et de dialogue.

«Quand nous disons ‘Notre Père’, nous confessons que nous sommes des frères. N’est-ce pas aussi ce qui doit être privilégié dans le ministère? Comme ministre, je souhaite être un frère parmi d’autres. Un ministre serviteur. Mais jamais une embûche au cheminement des gens, à l’œuvre de l’Esprit, à l’avènement du sens et du Salut dans la vie des gens.»